Sophrologie et yoga

5

Dans un dernier billet, je vous annonçais avoir commencé, il y a un an, une formation en deux ans pour devenir sophrologue. J’entame actuellement la deuxième année au CENATHO, centre créé par Daniel Kieffer, et réputé pour son excellence en naturopathie.

Passionnée de raja yoga, le yoga de la maîtrise du mental, j’ai voulu compléter ma palette d’outils d’enseignante de yoga, pour plonger un peu plus profondément dans le fonctionnement du mental et pouvoir proposer à mes élèves un outil puissant pour exceller en pensées positives… un pivot déterminant en yoga. Le yoga ne saurait se passer de cet aspect. Pour méditer profondément, le mental a besoin de paix. Et comment être en paix avec soi-même et avec le monde, lorsque nos pensées regorgent de problèmes, de soucis et de croyances qui nous tirent vers le bas ? On aura beau se contorsionner sur un tapis, si en sortant de son cours de yoga, on recommence à ressasser, le corps inévitablement redeviendra tendu.

Plus fort que tout, notre mental dirige notre existence et possède une emprise indéniable sur le corps physique. Une pensée égale une tension dans le corps. Une pensée sombre génère évidemment beaucoup plus de tensions dans le corps. Si l’expression, en avoir plein le dos existe, ce n’est pas pour rien !

Créé par Alfredo Caycedo (1932-2017 )psychiatre, la sophrologie (SOS : harmonie – Phren : conscience – logie : étude) ou encore “l’étude de la conscience en harmonie “nous éduque à cette pensée qui rend plus heureux et qui forcément nous aide à nous libérer de nos maux physiques. Le mental, comme le reste, a besoin d’éducation. Qui nous apprend à l’école comment se servir de notre mental pour être heureux ? Qui nous montre ce chemin ? Nos parents n’ont pas reçu cette éducation, à priori, ils n’ont pas pu nous la transmettre.

Ne validant pas les méthodes de “guérison” utilisée dans l’hôpital psychiatrique où il travaillait, Alfredo Caycedo a décidé de rompre avec ces techniques ‘d’un autre temps”.  Il a créé la sophrologie : un mélange de yoga, de méditation zen, de bouddhisme tibétain, de phénoménologie, de neuroscience, de psychologie et de philosophie grecque. L’homme vit dans une caverne. Il ne voit pas la lumière à l’extérieur. Il prend les ombres pour une réalité. Un concept cher aux yogis, selon qui les hommes vivent dans la maya, l’illusion, piégé dans leur mental qui ne cesse de leur jouer des tours.

Au début réservé aux médecins pour leur pratique en cabinet, cette discipline s’est ouverte en 1970, aux autres thérapeutes. Elle s’applique à de nombreux domaines : sport, vie professionnelle, familiale, de couple, éducation, études, médical. Vous trouverez ci-dessous quelques applications.

Domaine médical
o Accompagne tout type de traitement
o Douleurs, rhumato, cancéro, cardio
o Troubles du sommeil
o Haute Tension Artérielle
o Psy ( phobies, Dépression, dépendances, TOC, troubles névrotiques)
o Dentisterie
o Troubles sexualité
o Gérontologie
o Effets de certains traitements
o Mise entre parenthèses du savoir médical pour vivre autre chose
o Stimule les capacités de guérison physique et psychiques
o Ne se substitue pas à un traitement médical

Domaine pédagogique
Mémoire, concentration
Motivations scolaires
Facilite les apprentissages
Préparation aux écrits ou oraux, concours
Diminue le stress des examens
Permet de se projeter positivement
Méthodes express pour étudiants

Domaine sportif
Concentration, attention
Confiance en ses capacités
Gestion du trac
Performances optimales
Récupération
Cohésion d’équipes
Préparation de compétitions ou évènements
anxiogènes

Domaine socio-prophylactique :
o Préparation naissance
o Accompagnement personnes en difficultés
o Sevrage des dépendances
oMilieux marginaux ( ado, délinquants, précaires,
milieux carcéral)
o Revalorisation des personnes en difficlulté
o Deuil

 

 

5

A propos Milaparvati

Journaliste, professeur de yoga et sophrologue