Yoga des yeux

Après de longues heures face à l’ordinateur vous sentez des tensions dans les yeux , vous sentez que vos muscles fatiguent ? Ou tout simplement vous avez envie d’entretenir votre vue ? Excellente idée la vue, comme l’ouïe ou le goût vieillit aussi. Le yoga des yeux nous aide à différents niveaux. D’une part pour renforcer les muscles occulaires, mais également pour détendre le mental. Ces exercices très simples se retrouvent dans des techniques pour lutter contre le stress post-traumatiques comme l’EMDR.. Alors sans aucune hésitation, on fonce !

Pour ces exercices, soit vous vous asseyez sur votre tapis, jambe croisée, (n’hésitez pas à prendre un coussin de façon à garder le dos bien droit) soit vous vous asseyez sur une chaise, également en gardant le dos bien droit. Les exercices se font en gardant le corps totalement immobile, seuls les yeux bougent.

1 – Regardez en haut et en bas. Répétez dix fois.
2- Regarder à droite puis à gauche, à droite, puis à gauche, successivement dix fois.

3- Regarder en haut à droite puis en bas à gauche. Répétez dix fois.

4- Regarder en haut à gauche, en bas à droite. Dix fois de suite.

A ce stade frottez vos paumes de mains l’une contre l’autre vigoureusement, de façon à créer de la chaleur dans vos mains. Une fois la chaleur ressentie, portez vos mains (palming) sur vos paupières fermées sans pression. Ce palming détend les muscles des yeux.

5 – Faite des cercles, en partant à droite, puis à gauche.

Frottez à nouveau l’une contre l’autre les paumes de main, puis amenez-les sur vos yeux de façon à détendre les muscles oculaires à nouveau.

Om, om, om.

Yoga pour les seniors : respiration, détente, postures simples et adaptées

Ma plus ancienne élève de yoga possède aujourd’hui 90 ans, elle pratique depuis 20 ans. Et quand elle s’est présentée à mon cours la première fois, elle cherchait un endroit où elle pourrait suivre à présent. Pourtant, comparé à d’autres élèves seniors du cours, elle soulève et tend la jambe comme une déesse. Comme quoi, la pratique l’a conservée en bonne santé. Toutes mes élèves de ce groupe d’âge, n’ont pas pratiqué comme elle depuis des années. Une autre participante est arrivée à 82 ans sans expérience. En s’allongeant sur le tapis de yoga, il y a deux ans, elle s’inscrivait à son premier cours de yoga et cela avec de la polyarthrite rhumatoïde une maladie auto-immune  très invalidante qui s’attaque en priorité aux petites articulations. En période de poussée inflammatoire, se rendre à un cours s’avère pour elle un défi à chaque fois, mais, il semble à la fois qu’avec cette maladie, elle ait développé une volonté à toute épreuve. Chaque semaine, elle m’avertit avec beaucoup de gentillesse que cette semaine, ses douleurs ne lui permettront pas d’aller très loin dans la pratique. Et elle repart à chaque fois surprise de se sentir à la fois mieux, mais également d’avoir pu suivre le cours alors qu’elle s’était imaginée exactement l’inverse. Avec le temps, elle ne rate aucun cours. “Mes respirations me font tellement de bien !” confie-t-elle.

Je me sens vraiment très redevable de mes élèves seniors, qui chaque semaine me montrent que l’envie de vivre n’a pas d’âge. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la souplesse, la joie et le rire ne sont pas l’apanage des jeunes. Mes élèves les plus âgées n’ont en général absolument rien à envier à mes élèves les plus jeunes… parfois en souffrance mentale et physique dès l’adolescence. Ils ont à peine 16 ans, et la vie leur pèse déjà tant que je ne les vois pas sourire du cours. Dans les cours seniors, les participants rient et plaisantent facilement. Ils apprécient également beaucoup de se retrouver ensemble chaque semaine sur leur tapis. C’est un moment que beaucoup ne raterait sous aucun prétexte, il n’y a qu’à voir leur mine déconfite quand l’heure des vacances arrive !

Bien sûr, hors de question d’enseigner un yoga dynamique. Et selon les capacités de chaque élève, il faut pouvoir adapter la pratique selon les possibilités de chacun. Avec le temps, j’ai développé une méthode d’enseignement axée sur la respiration et la détente. J’utilise des postures simples, souvent adaptées. Hors de question de pratiquer des postures avec la tête plus basse que le coeur, si l’on souffre d’hypertension par exemple ou de glaucome. Enseigner le yoga aux personnes âgées requiert de bien connaître les contre indications majeures pouvant vraiment s’avérer néfastes pour les élèves.

Les seniors ont à coeur les exercices de respiration ce qui leur donne une présence à l’instant beaucoup plus importante… n’est-ce pas là l’art du yoga ? Se relier à l’instant présent. Beaucoup plus concentrés que les autres tranches d’âge, ils représentent de fait un public qualifié pour l’enseignement de la méditation. Et pour dire vrai, cette partie du cours s’avère un régale avec eux.

 

Au delà de l’âge, des genres, des religions, des conditions sociales et autres, le yoga appartient à tous !

Qui a dit que le yoga était réservé aux jeunes, et en particuliers aux femmes plutôt jolies et sveltes, en bonne santé, dynamiques et sportives et qui plus est, riches et célèbres ! Faut-il s’appeler Jennifer Aniston, Madona, Lady Gaga pour pratiquer ? De plus en plus de people arborent une tenue sexy de yoga et affirment haut et fort suivre un enseignement, et les médias relayent en masse cette image idyllique du parfait(e) yogi(ni) occidental(e), laissant croire ou suggérant que cette discipline appartient désormais à une élite, mais surtout aux beaux, aux gens en bonne santé … Le message se disperse insidieux également sur les réseaux sociaux, où “Mademoiselle yoga” en tenue hypra sexy s’affiche comme si cela n’était pas suffisant dans des postures très compliquées, mais également dans des lieux idylliques. Mais qui peut vraiment pratiquer ce type de yoga et faut-il vraiment réunir toutes ces qualités pour profiter des bienfaits de cette discipline millénaire ?

Je réponds et je clame haut et fort ! Non ! ABSOLUMENT PAS ! Seniors, ronds et moins ronds, raides, femmes enceintes, handicapés, stressés et traumatisés de la vie, en mauvaise santé, hypotendus, dépressifs ou personnes souffrant de maladies auto-immunes ou autres  ! Je l’affirme sans aucune hésitation : le yoga vous appartient aussi ! Je vais même plus loin : c’est un de vos droits de naissance ! N’attendez plus une seconde pour le pratiquer ! Mais attention, ne tombez pas non plus à votre tour dans le panneau ! Le yoga ne vous est pas plus réservé qu’aux riches et beaux ! Le yoga appartient à tous ! Il s’adresse à tous par delà l’apparence physique, les conditions sociales et de santé, les races et les religions. C’est avant tout un don “divin” destiné à ceux qui souhaitent élever leur âme ! IL n’y a pas d’âge pour viser l’union, car oui, le sens profond du yoga en sanskrit veut dire cela : s’unir au tout ! Et n’allez pas croire non plus qu’il faille absolument avoir une démarche spirituelle pour en faire ! Ce n’est nullement une condition, non plus.

Que l’on ait 2 ans ou 100 ans, la discipline s’adapte à tous. Si on peut bénéficier d’une introduction au yoga dès la plus tendre enfance – mon plus jeune élève a 2 ans et demi – on commence réellement une pratique digne de ce nom à partir de  6 ans, âge où le temps de concentration s’allonge suffisamment pour permettre le maintien des poses. Selon le Dr Swami Karmananda Saraswati, auteur d’un chapître, dans le livre “Le Yoga dans l’éducation des enfants et des adolescents” récemment traduit de l’anglais par Micheline Flak, une référence incontournable en France en la matière, il semblerait que l’âge idéal soit 8 ans. C’est du moins celui où traditionnellement les jeunes yogis indiens recevaient leur première initiation. Je passe sur toutes les raisons physiologiques qu’il invoque -disons qu’avant le corps n’est pas vraiment prêt – pour ne retenir que cette incitation : à cet âge, dit-il, “les enfants qui pratiquent sont amenés à développer et porter leurs qualités, capacités et talents naturels à leur maximum, favorisant ainsi une vie réussie, utile et créatice.” Franchement, vu ainsi, on aurait tort de s’en priver !

Vous l’aurez compris, l’âge n’est absolument pas un frein à la pratique. Ma plus ancienne élève aujourd’hui possède 90 ans. Et je vous garantie une chose ! ELLE ASSURE ! Sur son tapis, je la vois même oublier ses vieilles douleurs de genoux qui semblaient tant la freiner dans la pratique. Quand on ne peut prendre une pose pour une raison où une autre ! PAS DE PANIQUE !!! On l’adapte. Et si la posture idéale n’est pas faite, qu’est-ce que cela peut-il bien faire ? Faut-il vraiment tenir la posture sur la tête durant 10 minutes à 1 heures (si, si, cela existe, j’ai un collègue qui le fait) pour se sentir heureux dans la vie ? NON…  Le yoga n’est pas une compétition. Et s’il n’a jamais été intégré dans les jeux olympiques, ce n’est pas un hasard, croyez-moi !!! Méfiance par ailleurs avec tous ces yogas qui nous emmènent actuellement sur ce chemin ! Ce n’en est pas. Allongés, debout, assis par terre ou sur une chaise, tant que vous respirez correctement et que vous gardez l’esprit concentré sur votre pratique et dans l’instant présent, vous faites  – peut-être même sans le savoir – du yoga ! Om, om Yogis à vos tapis !

 

Seniors : il n’y a pas d’âge pour pratiquer le yoga !

Douleurs articulaires, mal au dos, problèmes d’insomnie et hormonaux, anxiété… Le yoga aide à soulager de nombreux maux et la bonne nouvelle, il se pratique à n’importe quel âge. Il est particulièrement indiqué pour les seniors. Les personnes du quatrième âge ont même la possibilité de le pratiquer sur une chaise. Et n’allez surtout pas vous imaginez que pour faire ses drôles de posture, il faut être souple ! ” Mon maître de yoga avait pour habitude de nous répéter : être raide s’avère une bénédiction, car c’est plus facile de sentir son corps”. Le plus important est de commencer doucement là où l’on en est, en acceptant ses limites. Petit à petit, vous serez étonné de voir à quel point vous pourrez à nouveau faire des mouvements que vous ne pensiez ne jamais plus pouvoir faire ! Le corps possède une sagesse de guérison incroyable. Alors plus d’excuses pour ne pas s’y mettre ! J’ai quant à moi, interviewé cette semaine une septuagénaire pour un nouveau magazine “Vivre en grand” destiné aux seniors à paraître dans vos kiosques en janvier prochain. “Grâce à ma pratique du yoga, dit-elle, je dors mieux, je me sens plus légère, plus optimiste… Et surtout, elle qui souffre du dos depuis toujours : “mes douleurs dorsales ont complètement disparu!”
Allez, on n’a plus d’excuses pour ne pas s’y mettre ! Tous à vos tapis.