Yoga sur Times Square !

Cet article est paru ce matin dans Direct Matin,(édition du mercredi 23 juin)
La nouvelle me laisse rêveuse…
Pour les yogis parisiens (professeurs et élèves)et les personnes de passage ce jour-là, si cela vous tente, le quotidien du yoga organise le 11 juillet à 11 heures, 108 salutations au soleil au bois de Vincennes (c’est gratuit et rassurez-vous, vous n’êtes pas obligé de réaliser les 108 salutations. L’idée, c’est qu’il y ait un cercle continu de personnes en train de la pratiquer pendant environ une heure. Donc, on peut faire des pauses, s’arrêter ou continuer.) Ce happening se terminera par un pique-nique.
Tenté par l’expérience ? Faite moi signe sur le blog ou sur Facebook.

http://specials.washingtonpost.com/mv/embed/?title=Video%3A%20Record-breaking%20Yoga%20class&stillURL=http%3A%2F%2Fwww.washingtonpost.com%2Fwp-dyn%2Fcontent%2Fphoto%2F2010%2F06%2F23%2FPH2010062301816.jpg&flvURL=%2Fmedia%2F2010%2F06232010-5v&width=360&height=265&autoStart=false&clickThru=http%3A%2F%2Fwww.washingtonpost.com%2Fwp-dyn%2Fcontent%2Fvideo%2F2010%2F06%2F23%2FVI2010062301803.html

Karma yoga

karma yoga… c’est le yoga de l’action désintéressée.

Le karma yoga, qui représente l’une des quatre voies du yoga, (avec le jnana yoga, le bakti yoga, le raja yoga) consiste à offrir à l’univers les fruits de nos actions, bonnes ou mauvaises. On s’en détache.

Prendre de la distance avec le résultats de nos actions offre une paix intérieure plus importante.

Attention, cela ne veut pas dire ne pas donner d’attention à l’action menée. Au contraire, on l’accomplie de notre mieux. Mais, on cesse de croire que l’on contrôle tout.

Exercice pour aujourd’hui : on se détache de ses actions le plus possible !

Posture de yoga : aujourd’hui le scorpion !

Aujourd’hui, une posture d’équilibre, le scorpion. Analyse et bienfaits de la posture. Débutants : s’abstenir !


Comment entrer dans la posture ? 
                    
Depuis la posture sur la tête, pliez les genoux, écartez-les, les pieds se touchent. Détendez les pieds. A présent, décroisez les mains, placez ces dernières dans l’alignement des épaules, une main chaque côté de la tête.  Les deux avant bras sont parallèles, les doigts sont écartés le plus possibles.
Sur une inspiration, poussez sur les coudes, plaquez les omoplates, creusez le bas du dos et soulevez la tête, regardez vers l’avant ! Vous voilà dans le scorpion.
Pour quitter la posture, revenez dans la posture sur la tête.





Recommandation : 


– Cette posture ne peut se faire, qu’une fois que vous vous sentez très à l’aise dans la posture sur la tête et que vous pouvez la tenir au moins deux minutes.


Bienfaits de la posture : 
– travail cardio-vasculaire
– meilleure circulation du sang
– souplesse de la colonne vertébrale.
– étirement des muscles avant des cuisses
– ouverture de la cage thoracique
– améliore la confiance en soi. 

Un délicieux lassi après le yoga !

Faim après vos postures de yoga ? Pourquoi ne pas déguster un bon lassi ?

Siroter un délicieux lassi à la mangue après votre cours de yoga

Recette pour 2 personnes

Ingrédients nécessaires :
– Deux yaourts natures de préférence bio.
– Deux verres de lait de préférence bio également.
– Une mangue ou deux bananes… au choix
– une pincée de cardamone en poudre
– un morceau de gingembre frais.
– sucre (optionnel)
– menthe fraiche

Préparation :
Coupez vos fruits. Dans le récipient à mixer verser les deux pots de yaourt, les deux verres de lait, votre pincée de cardamone, votre morceau de gingembre, ajoutez les fruits, le sucre si vous en avez envie. Mixez le tout. Vous n’avez plus qu’à servir votre lassi dans deux jolie verre et pour la déco, placez une ou deux feuilles de menthe fraîche. Bonne dégustation !

Ho oponopono et le yoga

Le monde se trouve en nous. Telle est la vision du monde que partagent la méthode de guérison Ho’Oponopono et le yoga.

Je lis ces derniers jours un livre paru il y a trois ans de Joe Vitale, surnommé le Budha de l’Internet. Dans ce livre, intitulé Zéro Limite, Joe Vitale retrace sa rencontre avec Ihaleakala Hew Len, un psychologue, qui a réussi à guérir toute une prison de criminels malades mentalement à Hawaï, sans jamais leur parler. L’auteur explique comment la méthode du Dr Hew Len, Ho’oponopono a littéralement changé sa vie. Le principe ? Le monde se trouve en nous. Rien ne sert de vouloir changer l’autre, car, nous possédons à l’intérieur de nous nous toutes les mémoires du monde. Ces mémoires agissent comme des programmes. Voilà pourquoi la plupart du temps, nous agissons de « façon inconsciente ». Quand Hew Len a travaillé sur ces criminels, il est parti du principe qu’ils avaient agi à partir de programme de violence. Hew Len a considéré qu’il portait en lui aussi ces mémoires. Il en a assumé l’entière responsabilité. Puis, il a nettoyé en lui-même ces mémoires de violence en se connectant à une source d’amour… Il répète quatre petites phrases, comme des mantras : « Je regrette, pardonne-moi, merci, Je t’aime.»

De leurs côtés, les yogis considèrent aussi le monde comme un tout. Nous sommes uns. Dans ce contexte, l’autre et ses agissements ne sont qu’un pâle reflet d’une facette de nous-mêmes. Ultimement, nous demandons à la force créatrice, Brahma de nous délivrer de l’ignorance du mental, afin d’accéder à la source première, de revenir vers Brahma… de sortir du samsara, le cercle de vie et de morts. Pour les yogis, toutes actions, et tout résultat d’action résultent de la responsabilité de la personne agissante. Comme la pensée incarne la racine de l’action, les yogis essayent de répéter le plus souvent possible des mantras, c’est-à-dire des sons sacrés pour se reconnecter à la source originelle. Pour moi, c’est sûr, ho’oponopono et yoga ne font qu’un !

A lire sur le sujet : Zéro limite, le programme secret hawaïen pour l’abondance, la santé, la paix et plus encore.

Eradiquer la peur : objectif numéro un du yogi !

Comment naissent d’un coup des émotions aussi dévastatrices comme la colère ou la peur ? Comment s’en libérer ? 

Voilà quelques semaines que j’observe le phénomène dans mon mental (il faut bien un cobaye et j’avoue aimer ce rôle.) Voilà le résultat de cette petite expérimentation. Chaque fois que je m’affronte à un évènement déplaisant, la colère monte en moi, un peu comme un corps de souffrance aveuglant. Lorsque je risque de perdre quelque chose, (un statut, un emploi, une situation, une relation) j’ai peur. Là où il y a attirance et attachement, la peur se loge juste à côté, comme l’envers de la médaille. Indissociables. La colère découle de la répulsion, la peur de l’attachement : telle est le phénomène observé par les yogis depuis des millénaires.
Ensuite je me suis demandée pourquoi raga-dvesha apparaissent dans la littérature yogi comme mariés à tout jamais… Finalement la réponse s’avère très logique. L’un et l’autre existent avec leurs spécificités, mais ne peuvent exister l’un sans l’autre. Comment peut-on aimer sans savoir ce que l’on n’aime pas. Comment savoir si l’on aime la soupe tant que l’on n’a pas trempé ses lèvres à l’intérieur ?
J’aime et je n’aime ou I like and I dislike (le français est une langue un peu pauvre en termes d’attachement) vont ensemble. Un jour on tombe amoureux d’une personne, on a peur de la perdre. Le lendemain, on ne la supporte plus au point de ne plus la voir en peinture… La colère, voire la haine, nous habitent à présent contre cette personne hier tant aimée. Mais cela ne parle pas d’amour avec un grand A. Là où l’Amour existe, la peur ne peut habiter. Là où l’Amour prend demeure, la colère disparait.
Raga-dvesha engendrent la peur et la colère. Sans le filtre de raga-dvesha, l’objet en question nous résulterait absolument indolore. Conclusion pour ne plus souffrir, les yogis conseillent le détachement. Voilà la liberté ultime.
Attention détachement n’est pas synonyme d’indifférence, mais de renoncement. Il s’agit d’une décision consciente. Et plus d’une décision, d’un processus lent et inéluctable. Si l’objet d’attachement procure autant de souffrance à quoi bon persister à vouloir le posséder ? Quand le renoncement apparait, l’Amour le véritable amour arrive.
Il s’agit là bien évidemment d’un yoga de très haut niveau, on ne saurait renoncer à un objet d’attachement sans être allé jusqu’au bout de la souffrance qu’elle procurait ou bien par une grâce divine ! On ne maîtrise bien que ce que l’on connait !
Il existe des stades à franchir avant, comme affronter ses peurs, remplacer des pensées de peur ou de colère par de l’amour. Ou bien pratiquer pendant 5 minutes la posture sur la tête !

Exercice pour aujourd’hui :
Vous avez peur de parler à une personne ? Téléphonez-lui !

Vous avez peur de parler en public ? Prenez la parole devant dix personnes !
Bonne pratique !