Transformer ses émotions négatives grâce au yoga ? Partie 2

RSS
Follow by Email
Facebook0
Facebook
Google+
https://milaparvati.com/index.php/2011/03/16/transformer-ses-emotions-negatives-grace-au-yoga-partie2/trauma-yoga/milamuriel/
YouTube
YouTube
Instagram
 
Avidya (ignorance en sanskrit) nous conduit à nous identifier à la fois avec notre corps, nos pensées, nos émotions, et ainsi de suite avec tous les éléments qui composent notre vie comme notre background socio-économique, la culture de notre pays, notre profession, notre famille, notre parti politique, notre religion, notre entreprise… etc. Le processus d’identification nous amène à nous attacher à ces divers éléments, normal puisque nous investissons énormément d’énergie dedans. Il n’y a pas de mal à cela. Mais le grand problème provient de l’attachement. Etant éphémères par essence, ces points d’attache créent autant de sources de joie et de souffrance sur le long terme.
En occident, nous avons en outre un autre problème : le tabou de la mort. A chaque décès, je m’étonne à quel point, les gens ne savent pas comment se comporter. Que dire aux proches ? Que faire ? Nous nous sentons souvent très maladroits. Nous n’avons absolument plus aucun contact avec nos morts. A de rares exceptions, les gens naissent la plupart dans les hôpitaux ou les maternités (au cas où cela se passerait mal en arrivant) et ils meurent la plupart dans des institutions médicales. Que se passe-t-il avant notre arrivée sur terre et après ? Chacun doit en faire son affaire propre et se débrouiller avec ses croyances tout en respectant celles des autres. Laïcité oblige !
Il y a pourtant des pays sur terre où la mort ne pose pas autant de problème. En Inde, il est admis que l’âme passe d’un corps à un autre. Et ce côté imaginaire « morbide » lié au décès n’existe pas dans ce pays. Chez nous, la mort est représentée par tout un tas de symboles tous plus effrayants les uns que les autres comme un squelette avec une faux, un crâne et des os, le christ crucifié. Pourquoi l’église n’a-t-elle retenu comme emblème de son sauveur que le christ en train de mourir ? Selon les yogis le passage de la mort n’a rien de douloureux, il peut y avoir des moments de douleurs liés à la maladie qui la précède, mais la suite ressemble plutôt à un conte de fée. Et cette version semble corroborée par des millions de témoignages de gens qui expérimentent des NDE.
Mais, voilà, si nous ne savons pas d’où nous venons et où nous allons, nous vivons tout au long de notre chemin sur cette planète avec une grande insécurité. Qui sommes-nous réellement, si en mourant tout disparaît ? Pour les yogis, le début de la sagesse débute avec ce questionnement. Quel est le sens de la vie ? Quel but devons-nous atteindre ?
Billet à suivre. 
Exercice pour aujourd’hui : regardez autour de vous la nature, regardez les fleurs éclore, regardez les bourgeons sur les arbres. Sentez comment la vie partout renaît après l’hiver. Et méditez sur cette image au moins pendant dix minutes.
RSS
Follow by Email
Facebook0
Facebook
Google+
https://milaparvati.com/index.php/2011/03/16/transformer-ses-emotions-negatives-grace-au-yoga-partie2/trauma-yoga/milamuriel/
YouTube
YouTube
Instagram