#Metoo #Balancetonporc, sexe et yoga

Sexe : sommes-nous égaux quand nous pratiquons le yoga ? Et quand est-il du fameux #balancetonporc ou encore du #Metoo dans le monde yoguique ? Mais si vous savez ce nouveau phénomène pour sensibiliser le public sur le fléau du harcèlement sexuel.

Pour commencer considérons les forces en présence ! Vous-êtes vous amusé un jour à compter les hommes et les femmes présents dans un cours de yoga en occident et surtout en France ? Hum… hum. Allez, on va le dire clairement : les hommes commencent à s’intéresser à l’activité de leur compagne…. pour comprendre ce que les rend soudain si épanouies et j’oserai dire qu’ils sont de plus en plus nombreux à franchir les portes d’un cours de yoga… 30 % de « yoguistes » sont aujourd’hui des hommes contre 10 % il y a une dizaine d’années, selon les estimations de la Fédération Nationale des Enseignants de yoga (FNEY). Même si le yoga à l’origine était une affaire d’hommes, force est de constater qu’on peut encore les compter sur les doigts d’une main dans les séances de yoga (bah oui, 3 hommes contre 7 femmes dans un cours de 10… selon les statistiques ! Dans mes cours, ils sont plutôt de l’ordre de 2 pour 15 femmes… Et je pense que les hommes qui s’y mettent sont plutôt de la tranche d’âge 30 à 40 ans.)

Donc, non, messieurs dames, pour les chiffres nous ne sommes vraiment pas égaux !

Voyons à présent, côté physique ce que cela donne  ! Il n’y a qu’à voir, leurs regards exhorbités lorsque nous mesdames entrons gracieusement dans la pince assise (encore intitulée selon les écoles, flexion avant assise ou pour être plus universel Pashimotanasana)… ET les voir souffler comme des bœufs dans la posture alors que nous la tenons avec souplesse et sans aucun effort (je caricature beaucoup, et désolée pour les plus souples d’entre vous, je sais qu’il y en a !)

Mais aussi, on peut les envier lorsqu’il leur arrive d’entrer très facilement dans la posture du corbeau, alors que nous mesdames nos petits biceps nous font défaut ! Pas d’égalité des sexes dans les postures de yoga…. on le voit bien…

Voyons alors de plus près les motivations des uns et des autres pour se contorsionner sur un tapis de yoga ! Cela me semble plus rapprochant ! Dans la majorité des cas, les réponses des débutants, hommes comme femmes, ressemblent à cela.

« Mieux respirer !

Mieux me détendre !

M’assouplir !

Apprendre à me relaxer.

Me recentrer. »

Et là, messieurs dames, je vous le dis : face au stress, nous cherchons tous une solution. Homme et femme même combat à ce niveau-là… C’est du moins ce que je croyais, jusqu’à ce qu’un jour, un médecin spécialisé dans la gestion du stress m’apprenne que face à ce phénomène de la vie (ainsi se définit le stress selon le grand expert dans le domaine, Mr  Sélye) les femmes s’avéraient plus résistantes que les hommes. Je n’ai rien répondu, mais je n’ai pas pu m’empêcher de sourire intérieurement en pensant qu’évidemment, elles supportaient mieux le stress parce qu’elle savait mieux s’armer contre lui en fréquentant les cours de yoga. Bon alors, continuons… non, finalement, nous ne sommes pas égaux non plus à ce niveau-là.

Petite question à vous messieurs : est-ce que les hommes qui viennent en cours de yoga ou enseignent le yoga, cherchent vraiment à se détendre et à transmettre leurs enseignements ou bien à se rincer les yeux face à de superbes corps de déesses dans des postures pouvant rappeler le kama sutra (mode solo) et pourquoi pas lier quelques amitiés féminines ou plus si affinités, (ce qui peut se comprendre, nous aussi les femmes pouvons nous comporter ainsi). Et bien, avec mon recul dans le domaine, je dirai que le milieu du yoga n’est pas épargné par la drague. Et qu’il n’est pas non plus indemne d’abus malveillants.. Oui, les porcs existent aussi dans les cours de yoga. Et ce n’est pas parce que l’on se dit yogi que l’on devient soudain un saint sans impulsions sexuelles, ni velléités de manipuler/abuser des femmes par le pouvoir et la force. J’en veux pour preuve le nombre impressionnant de swamis qui font chavirer le coeur des femmes esseulées et qui, après en avoir fait souffrir quelques unes ou manipulées quelques unes (ils sont forts avec leurs siddhis), rendent finalement leur tenue orange ou se voient accuser de harcèlement sexuel. Le cas de ce fameux yogi Bikram Choudhur aux Etats-Unis, s’avère assez symptomatique. On compte contre lui pas moins de 6 accusations de viol et de harcèlement sexuel.

Une élève m’a posé des questions l’autre jour en cours sur la place du sexe accordé dans le yoga. Elle voulait en savoir plus sur le tantra… le yoga qui sacralise le sexe pour mener l’Homme à la libération ou bien encore sur ces techniques de Brahmacharya, ou on se passe de sexe pour éviter de perdre trop d’énergie inutilement. Entre pas de sexe du tout et du sexe au milieu des pratiques…  le sexe possède une place dans les discussions yoguiques. Pour ma part, je dis que ce qui importe le plus, ce n’est pas la place qu’on lui donne, mais la discrimination que l’on garde face aux discours émis sur le yoga et le sexe. La question « Ma volonté et mes désirs sont-ils respectés » doit rester au centre des interrogations de chacune et chacun pour savoir s’orienter dans ce monde pas toujours des plus spirituels, même s’il s’affiche en apparence ainsi.

D’un point de vue purement yoguique et karmique, la différence des sexes s’avère une ignorance. Tôt ou tard dans cette roue des vies et des morts, nous naissons et mourrons avec un sexe ou l’autre, peut-être que le porc d’aujourd’hui était une vierge violée dans une vie précédente…. Cela ne lui enlève nullement sa responsabilité de porc d’aujourd’hui, mais cela change aussi les perspectives. N’y a-t-il pas des bourreaux et des victimes qui sommeillent en chacun de nous potentiellement ? Oui hommes et femmes, nous appartenons tous à la même famille !

Yoga du chocolat : plein feux sur les samskaras du sucre !

Om yogis,

Dans mon dernier billet, je vous avais annoncé mon intention de diminuer la consommation de sucre en 2018, voire d’éliminer certains sucres inutiles complètement… Je tiens tout d’abord à vous expliquer que cette nouvelle habitude que je désire mettre en place dans ma vie, n’a rien d’obsessionnelle. J’y vais tranquillement, sans me prendre la tête nullement et sans aucun jugement (pas grave si je succombe au chocolat). Et l’expérience continue à être intéressante.

Côté bonnes nouvelles, en tous les cas encourageantes pur moi, j’ai réussi à me débarrasser complètement des sucres inutiles contenus dans la sauce tomate industrielle. Un résultat bien exceptionnel ! (Hum, il faut bien s’encourager un peu) Zéro rechute depuis la dernière fois que je vous ai écrit ! Trop forte Mila ! Par contre, je n’en dirai pas de même du chocolat… Aïe ce bon vieux chocolat, qui fait appel à un réflexe totalement doudou de ma part ! Les yogis – les vrais, ceux qui contrôlent leur consommation de chocolat – parlent de samskaras… Inutile d’étudier bien longtemps mon mental, ni d’aller dépenser des fortunes en analyses, psy et autres (je présente mes excuses d’avance aux psychanalystes qui tomberaient par hasard sur mon billet, vous faîtes un travail merveilleux, ainsi que leurs clients en psychanalyses, surtout, ne changez rien !) Avant tout, il faut que je vous parle de vrittis. Le vritti est une onde de pensée. Vous vous souvenez sans doute des disques vinyles… ( Les plus jeunes, ne me regardez pas comme un dinosaure, ces disques sont de toutes façons de nouveau à la mode !) Et vous vous souvenez sans doute, de ce qu’il se passe quand un vinyle se raye… Non, l’ordinateur ne bugue pas… mais, le disque reste coincé, et le vritti devient samskara (une habitude mentale). Le sillon du disque et la phrase se répètent en boucle inlassablement !

Alors, je l’avoue, mon disque mental possède une énorme rayure avec un bon programme chocolat à l’intérieur ! A heure régulière, le disque bloque au même endroit. D’un coup, je n’entends plus qu’un son : CHOCOLAT… VITE CHOCOLAT….. Et comme j’ai gardé en moi, une bonne partie animale, me voilà en train de courir direction la cuisine et d’ouvrir frénétiquement le frigidaire !!! pour ce carré de chocolat réflexe. Si encore je prenais le temps de le savourer, mais pas du tout ! Je l’engloutis grave, sans même avoir conscience de sa présence en bouche… Et pour peu que le chocolat ne soit pas à 85 % minimum, catastrophe, il m’en faut un deuxième carré, voire deux barres dans la foulée, pour que le disque se remette en marche !!!

Dure condition que cette addiction à cette douceur du soir, qui utilise les mêmes mécanismes que celle de la cigarette (Je sais de quoi je parle : j’ai  été fumeuse dans une vie précédente, il y a environ 15 ans de cela ) !  Je me suis donc intéressée aux ingrédients des chocolats non bio… au lait et noisette. Donc pour une tablette de 100 grammes, il ressort que l’on mange 47 grammes de sucre, soit environ 8 à 10 morceaux de sucre (selon la taille des morceaux) et 37 grammes de graisse (dont 16g non saturées)… et le chocolat dans tout cela ? Et bien, l’entreprise assure un minimum de 30% de cacao. Conclusion, ce n’est pas vraiment le chocolat le problème !!!! Mais tout ce sucre…. Pour me faire une idée plus juste de l’affaire, j’ai donc fait cette petite expérience, et le résultat donne cela :

L’étiquette ne comporte aucune indication, sur la qualité du sucre utilisé. Pardonnez mon cynisme : je me suis mise en mode pensée actionnaire… J’ai visé mon compte en banque avec pas moins de 7 zéros. Et pour cela, j’ai bien rempli le récipient d’un mauvais sucre blanc issu de la betterave, celui qui bien sûr, allait me faire économiser un maximum d’argent pour un maximum de profits…D’autant plus qu’en poussant ce cynisme un peu plus loin, je n’ai aucun intérêt à ce que mes clients se désintoxiquent du sucre. En effet, selon une étude publiée le 23 août dernier dans le British Journal of Sports Medicine par deux chercheurs de l’Institut du coeur de Saint Luke, aux Etats-Unis, la consommation de sucre produirait des effets similaires à la consommation de cocaïne.

Il n’y a donc aucune raison, que la consommation de cette denrée ne s’arrête !

Quid ensuite d’un chocolat bio à 85 %, du type vendu en grande surface ? C’est en général le chocolat que je mange, j’ai remarqué qu’il était un peu moins addictif que l’autre… deux carrés peuvent suffire, à condition toutefois de rester consciente : à savoir bannir la tablette (de chocolat) dans les moments où je me retrouve devant un écran (quel qu’il soit ! lol, tablette y compris).

Résultat : deux fois moins de sucre, mais plus de graisse, pour une teneur de chocolat à 85% minimum. La dimension bio est pour moi évidemment rassurante, au moins, ce cocktail de sucres ne s’additionne pas à des produits chimiques non identifiés. Néanmoins, il y a quand même pas mal de sucres, ajoutant de l’acidose dans le corps avec toute la cohorte de méfaits qui l’accompagne. La question est alors la suivante ; faut-il éliminer complètement cette denrée comme j’ai pu le faire pour la cigarette (après tout, j’ai été élevée dans une famille où la tablette de chocolat était inexistante à la maison et je vivais très bien sans) ou bien faut-il complètement l’éliminer. En toute honnêteté, je n’ai pas vraiment encore de réponse à cette question, mais quelques pistes :

Il y a quelques années, j’avais servi de traductrice de l’anglais au français à un grand médecin ayurvédique, venu d’Inde, lors de ses consultations privées. Une dame possédait ce samskara développé du chocolat et souffrait d’embonpoint. Je me souviens encore de la réponse du docteur : (tout carré en moins, c’est toujours cela de gagner pour votre santé, et je dis bien santé, pas seulement une question de poids, bien que cela en fasse partie !)

Et deuxième piste, celle-ci donnée par mon excellent formateur de Sophrologie, le docteur Gilles Pentecôte : l’aliment n’est pas un problème en soi, mais c’est le comportement qu’il faut corriger et encore davantage la notion de stress associée. Un peu de pleine conscience corrige selon lui le soucis… L’idée étant de ne pas devenir esclave de l’habitude, mais de prendre du plaisir de façon consciente et ludique. Il existe donc dans cette réponse la dimension, je contrôle un peu le mental, du moins, je lui donne de meilleures habitudes.

Alors voilà ce que je préconise pour mon problème : le yoga du chocolat ! Quand j’entendais swami Kailasanda (directrice du centre de yoga Sivananda à Paris) nous parler de toutes ces sortes de nouveaux yogas émergeant aux Etats-Unis, mon petit sourire narquois avait tendance à s’afficher en mode automatique sur mon visage…  OUi franchement cela me faisait rire… Comment effacer un samskara chocolat fortement ancré en le renforçant par des cérémonies spirituelles sensées élevées le degré d’énergie et jouer sur nos chakras (franchement, cela me semblait une sacré foutaise !) Néanmoins, si je le regarde aujourd’hui, avec le prisme manger en toute conscience, je me dis qu’une habitude « animale » (et encore les animaux ne se jettent pas sur le chocolat ! ) serait alors remplacée par une habitude spirituelle. Je n’ai pas encore testé ce nouveau yoga… Mais promis, je vous en reparle prochainement !