Je me débarrasse du sucre

Voilà un moment déjà sans rien publier sur le blog !!! J’ai passé cette dernière année à écrire pour le compte des autres : un roman, et un manuel de formation pour les professeurs de yoga, en plus du reste pour le magazine Maxi pour lequel je travaille depuis si longtemps, en plus de la formation pour les professeurs de yoga, en plus de mes cours de yoga et de mes nouvelles études de sophrologie. Forcément, j’avais moins de temps pour le blog… Pour la bonne cause néanmoins. Le roman sortira en mai prochain dans une maison d’édition assez connue… Et avec l’auteur officiel, nous avons espoir qu’il sera porteur… C’est encourageant !

Je commence ma nouvelle année depuis hier avec une résolution prise depuis six mois ! Freiner et arrêter le sucre !!!
Tout a commencé en juin dernier chez le médecin… Piquée en 2012 par une vilaine tique bien infectée par la bactérie Borellia Bugdoferi… je craignais voir ressurgir la maladie… J’avais alors consulté un de ces courageux médecins infectiologues, par ailleurs, en ligne de mire du conseil de l’ordre des médecins… il m’avait bien dit !!! ATTENTION AU SUCRE !!! C’était la première fois que je l’entendais de la bouche d’un médecin… La première fois, c’était de la bouche d’une swami qui s’en était privée durant un an ! A l’époque – c’était il y a plus de dix ans maintenant, je n’avais pas bien compris ce tapas (vous savez, cela veut dire austérité en sanskrit et non pas tapas espagnol, synonyme de joie et d’abus alimentaire en tous genre !)
Je l’ai répété plusieurs fois sur ce blog… Oui, oui, vous le savez maintenant, le yoga parle aussi d’alimentation … d’alimentation yoguique… Et bien évidemment du temps de Pantajali, le sucre n’était pas un problème comme aujourd’hui, il peut l’être.
« Le sucre nourrit les cellules cancéreuses, sans sucre, vous privez le cancer de son carburant principal ! » m’a expliqué en décembre dernier lors d’une interview le Docteur Schwartz oncologue et auteur du livre pour guérir simplement le cancer… Au cancer, à priori, on peut ajouter une longue liste de méfaits… arthrose, toutes les maladies inflammatoires se terminant par ite, lyme, et j’en passe ! Selon lui, « Si vous lisez les recettes des livres de cuisine d’avant 1914, vous constaterez que très peu ne contiennent de sucre… les chiffres du cancer ont d’ailleurs explosé après cette date, quand le sucre blanc a commencé à faire son apparition sur les tables françaises… »
Pour ma part, j’ai commencé à diminuer ce sucre depuis juin. Mais quand on commence à mettre son nez dans cette affaire, on ne réalise pas vraiment à quoi on s’expose. Parce que du sucre, il y en a vraiment partout dans notre alimentation. Dans la sauce tomate industrielle, dans les plats cuisinés (que je mange très peu) dans les glucides, dans les gâteaux, dans les jus…. Comment dès lors les diminuer sans trop souffrir d’un coup ?

Au mois de décembre, j’ai interviewé pour un autre article à paraître dans Maxi prochainement, un couple, auteur du grand livre sur l’alimentation cétogène (fer de lance dans cette alimentation basse en glucide et haute en graisse.) Nelly Genisson m'avait expliqué à quel point, elle avait souffert lors de cette désintoxication au sucre... "J'étais une vraie droguée"selon ses mots.

Pour ma part, voilà comment j’ai commencé à réduire ces sucres :
– Semaine 1
Dresser le menu de la semaine.
Au bout d’une semaine, repérer où se cache les sucres dans les menus.
Exemple : spaghetti bolognaise végétarienne…

Hum, non seulement les spaghettis pourvoit un nombre de sucre inimaginable, mais en plus, ils sont bourrés de gluten. Ne serait-il pas possible de les substituer par autre chose ? OU du moins de réduire leur consommation pour ce mois-ci à un plat ? Histoire que le mental ne se rebelle pas trop.

Voyons la sauce tomate ! Vous êtes vous déjà amusé à faire votre propre sauce tomate avec.est  hum des tomates !!!! Voyez votre bon concentré de sauce tomate industriel, et placez-le à côté de vos deux tomates juteuses passées au blender… le résultat est édifiant. Le premier est rouge vif, le deuxième, presque rose !!! Sans parler de la consistance. Conclusion : mais que diantre mettent nos industrielles dans notre sauce tomate ! C’est décidé !!! FINIE la sauce tomate achetée en grande surface !!! Déjà que les tomates sont bourrées de pesticide, à quoi bon rajouter d’autres substances que le corps supporte sans trop se plaindre, mais jusqu’à quelle limite ?

C’est promis, je reviens en deuxième semaine pour vous raconter de nouvelles aventures.

A bientôt. Mila

 

Cours de yoga et méditation, ils vont de pair !

“Union au Soi !” Souvenez-vous !  Comment avez-vous réagi en écoutant pour la première fois la signification du mot yoga ? Union pourquoi pas.. On peut comprendre que l’union soit nécessaire dans nos vies, il est facile d’apposer le mot connexion à soi… au petit soi, parfois si malmené dans nos vies devenues si stressantes. Mais que dire du Soi avec un grand S ? Votre prof a-t-elle, ou a-t-il, insisté sur cette majuscule ? Car le soi du Yoga s’écrit bien en majuscule… Et là, que faut-t-il bien comprendre ? Dieu ? Le mot a été si galvaudé, qu’en reste-t-il ? De la crainte ? De l’incrédulité ? Un pari ? Une croyance ferme ? Et quand bien même, si le yoga mène au Soi, que connaît-on du Soi ? Comment se l’imaginer ou se le représenter ? Comment vivre pour le SOi et rien que pour le Soi sans avoir aucune idée du chemin que l’on emprunte ?

Pourquoi ne pas voir alors dans le yoga, un outil puissant de perfectionnement dans tous les domaines de notre vie : physique, mental, psychologique, émotionnel, et enfin spirituel… le yoga nous rend meilleur, c’est indéniable. Il engendre une transformation invisible mais durable de la personne… on ne s’en rend pas forcément compte tout de suite. Au début, on note surtout, une amélioration au niveau physique… moins de douleurs dans le corps si on en avait… Puis… plus d’énergie, de vitalité, peut-être même de joie de vivre, de la détente… et si régularité, la transformation opère également dans le mental… soudain, les gens vous disent :  “tu as l’air plus détendu, plus disponible, plus intelligent… moins susceptible, moins irrité…”

En yoga tout commence sur le plan physique, grâce à la pratique de quelques postures. Disons que c’est la porte d’entrée… Mais, le yoga est une discipline holistique… qui ne s’arrête pas à cette première enveloppe de chaire et d’os.

On parle aussi d’éthique, de conscience éthique, de respiration, du contrôle des sens, de concentration, de méditation et enfin de réalisation du Soi.

Dans ce système, tout s’imbrique. Vous avez un souci et vous essayez de méditer ? Pour les gens qui pratiquent, avez-vous déjà fait cette expérience ? IMPOSSIBLE n’est-ce pas ?

Toute pensée engendre des tensions dans le corps. Quand un problème surgit, la tension augmente… Petit problème , petite tension, gros problème grosse tension… et si la tension persiste dans le temps…. le système nerveux trinque.

Donc, vous voilà avec votre problème… peut-être n’en avez-vous pas conscience. Et sonne l’heure du cours de yoga. On étire tout le corps. Le mouvement synchronisé au souffle allège le corps soudain d’un poids. Il respire, se libère.  Il existe une interaction puissante entre le corps et l’esprit, un corps tendu, alourdit nos pensées, nos pensées sombres tendent le corps, donc avec les asanas, on essaye avant tout de calmer le mental.

Méditer sans pratiquer d’asanas s’avère ardu. Et pratiquer les asanas sans méditer assèche le yoga. Qui va à la messe, uniquement pour pratiquer des génuflexions et s’asseoir et se lever d’un banc ? Le yoga est avant tout holistique. Esotérique à souhait, souple au centuple, adaptable, ouvert, libre, voilà pourquoi, il permet aux gens de pratiquer ces postures étranges sans s’intéresser au reste. Il n’y a pas de mal à se faire du bien. Le yoga améliore la santé à tous les niveaux.. et les études scientifiques sur le sujet se multiplient chaque année d’avantage. Et si par chance vous vous intéressez à la méditation, sachez qu’elle est indissociable du yoga.

Sentant que la culture et les traditions du yoga se perdait, Pantajali, ce sage indien, a composé entre 300 avant JC et 500 après JC, ses fameux yoga sutras : 108 aphorismes en tout, des petites perles de sagesses qui s’imbriquent les unes aux autres, pour décrire les 8 membres du raja yoga, la science du contrôle du mental ou encore psychologie du yoga.

” YOGA CHITTAS-VRITTI-NIRODHAH”

Le yoga signifie restreindre les activités du mental, écrit-il dans son deuxième aphorisme.

Objectif de l’opération : silence absolu ! “Mission impossible vous voulez dire !” Pour ceux qui n’en n’ont jamais fait l’expérience, je vous invite à vous asseoir en tailleur, le dos droit, aussi confortablement que possible, fermez les yeux… et allez-y… observez si vous atteignez si facilement que cela ce silence absolu, visé dans le yoga… Cela donne au moins une idée du Soi : pas de bruit ! Quel est à votre avis, votre voisin le plus bruyant ? Pour ma part, j’ai arrêté de me plaindre du bruit le soir, en constatant que celui qui me dérangeait le plus, n’était pas mon voisin fêtard de palier, mais mon mental qui saute sauvagement toute la nuit dans ma tête ! Je vous assure que cela change les perspectives.

Après 20 ans de pratique d’asanas, et dix ans de méditation, j’arrive aujourd’hui tout juste, à percevoir quelques notes blanches. Que la route est longue, sinueuse, et en aucun cas linéaire ! Je n’aimerais absolument pas retourner en arrière. Commencer à contrôler un peu le mental offre un recul indéniable sur les évènements difficiles à traverser dans la vie. J’étais à 20 ans enchaînée à mes émotions. Incontestablement, elles dirigeaient ma vie. Je suis toujours sensible, là, n’est pas la question. Sans les étouffer, ni les amoindrir, elles ne se transforment plus en sentiments… Saviez-vous que la durée de vie d’une émotion, normalement, ne dépasse pas 10 minutes ? Et qu’ensuite le cortex s’en mèle et les transforme en sentiment (pour l’amour je garde, mais pour la colère, vous voyez, je m’en passe bien ? Surtout, quand ces sentiments qui vous rongent de l’intérieur, durent. Car ils peuvent durer toute une vie ? Voire plus pour les adeptes de la réincarnation qui ne les appellent plus sentiments, mais samskaras. Ces impressions mentales, logées dans le corps astral, nous accompagnent alors dans notre voyage de transmutation. Imaginez les dégâts !!!

La méditation nous aide à nettoyer tout cela… C’est un peu comme une douche de l’âme. Nécessaire au quotidien. Autant que celle du corps physique. Voyez-là alors comme une hygiène psychologique. Elle nous allège de grands poids. La restriction de l’activité du mental, je vous l’assure, ne vous enlève rien à votre intelligence !  Ne vous imaginez surtout pas devenir des légumes en réduisant votre activité hertzienne. Bien au contraire, vous serez bien plus lumineux qu’auparavant.

Pour atteindre ce but, Pantajali, a décrit huit étapes : deux codes éthiques (yamas et niyamas), des asanas, (postures stables), quelques exercices de respirations (pranayamas), le contrôle des sens, la concentration, la méditation et enfin le samadhi (que l’on peut résumer une fois de plus à l’union au Soi). Pour le samadhi, à part, si vous êtes avancé sur cette route, il faudra attendre un peu. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il est possible et recommandé de pratiquer toutes les étapes précédentes de façon concomitante. Pratiquer un peu de tout, en même temps, permet d’aller plus vite sur le chemin. OM TAT SAT

 

Pour pratiquer : cours de yoga intégral (postures, respiration, relaxation, méditation, pensée positive, alimentation saine)

 

 

C’est la rentrée : prêt pour votre cours de yoga ?

Après ce bel été, vous voilà en pleine forme et surtout plein de bonnes résolutions ! Il est l’heure de regagner votre tapis de yoga à Bures-sur-Yvette, voire de tenter l’expérience si vous n’en avez jamais pratiqué dans le passé.

Et bien sûr, il y a toujours un petit obstacle susceptible de se dresser sur votre chemin au moment de prendre cette décision si importante, capable d’améliorer du tout au tout la qualité de votre vie. Quels qu’il soit (physique, professionnel, financier), mon conseil : ne vous arrêtez pas en route ! A tout problème existe sa solution. Aussi n’hésitez pas à me consulter, si vous avez un souci, on peut toujours trouver une solution.

Cette année, j’ai créé un système de groupe avec des tarifs dégressifs, selon le nombre de personnes inscrites. Un groupe se forme à partir d’une personne et jusqu’à 6, et il peut prendre la thématique que vous souhaitez. 

Groupe senior, groupe enfant, groupe femmes enceintes, groupe trauma yoga, groupe avancés, groupe méditation, groupe kirtan, groupe respiration… tout est possible ! J’ai également en tête de créer des ateliers ou des stages thématiques le samedi après midi. Bien sûr, je ne manquerai pas de communiquer sur les prochaines dates à venir.

Les cours de yoga reprennent à partir du 12 septembre à Bures-sur-Yvette.

Si cette année, vous avez envie de devenir professeur de yoga, n’hésitez pas à me faire signe. J’interviens en tant que formatrice dans le centre de yoga vision à Paris 11ème.

Par ailleurs, juste pour vous informer de mes activités : je viens de terminer la rédaction d’un manuel de yoga… Et j’entame un nouveau projet éditorial sur l’enseignement du yoga chez les seniors. Enfin, je boucle ma deuxième année de sophrologie. Je vais avoir besoin de “cobayes” pour m’entraîner… Si  cela tente quelqu’un d’entre vous, n’hésitez pas à me faire signe !

 

 

Renforcer sa volonté grâce au yoga

“D’après un satsang avec Swami Kailasanda, yoga-archarya, directrice internationale des centres Sivananda en France, en Angleterre, Nouvelle-Zélande et Australie –  le 22 septembre”

La psychologie occidentale (psychiatrie incluse en premier lieu) s’est attachée avant tout à étudier les pathologies mentales. Les yogis se sont penchés sur le fonctionnement du mental quand, il va bien, de façon à l’emmener dans des états de béatitude et au final rejoindre la conscience cosmique.

Pour eux, le mental est composé de différents substrats, faisant de nous des êtres multidimensionnels. A commencer par “Manas”,  siège de nos émotions, de nos perceptions et de nos pensées. C’est lui qui filtre. Sans lui nous ne pourrions pas fonctionner. Il est très puissant… nous mène par le bout du nez, si nous le maitrisons pas. Puis, il y a buddhi, l’intelligence éveillée, lui décide ce qui est bien ou non, il nous élève vers une intelligence éclairée, mais attention selon les yogis, ce n’est pas l’intelligence la plus haute ! Il correspond à notre intellect. 

Bien souvent, Manas tient la dragée haute à buddhi…Avez-vous remarqué qu’il est impossible de changer les autres ? C’est un fait. Nous seuls pouvons prendre les reines en main pour changer notre destin. Bien souvent, nous aimons que les autres le fassent à notre place. Et manas réagit fort ! L’autre doit réagir selon nos désirs, ce que l’on aime et ce que l’on n’aime pas, bref selon nos habitudes, ancrées dans manas.

La volonté siège dans buddhi, qui décide. Cela prend du temps pour la renforcer. Le yoga nous aide en cela. Première règle : rien ne sert de lutter contre manas… cela ne ferait que le renforcer. Comment dès lors avoir accès davantage à buddhi dans la vie ?

Vous avez certainement déjà entendu parlé des tapas !!! Malheureusement pas les tapas espagnols !!! Non, non, les tapas indiens, nettement moins funs, mais, qui sont là pour renforcer la volonté ! L’idée est simple ! Au lieu de pencher vers les “amuse-gueule” arrosé d’un bon vin, on résiste : c’est le tapas indien ! Nettement moins drôle, je vous l’avais bien dit !

Il ne s’agit pas non plus de tomber dans la démence de ces saddhus indiens, capables de rester 20 ans le bras levé pour augmenter leur volonté ! Nous avons besoin de garder nos bras en bonne santé ! Vous êtes dingues de chocolat ou de sucre ? Et bien pourquoi ne pas relever le défi de vous en priver une soirée et dans un deuxième temps, 24 heures ? Vous avez l’habitude vous lever à 11 heures le matin, levez-vous deux heures plus tôt  ! Mieux vaut commencer par de petits défis, d’une durée assez courte. Chaque fois que vous le remporter, votre muscle volonté, gagne en force !

Voyons un deuxième moyen : nos relations aux autres ! Hum, cela se complique ! Prendre la décision de plus de patience avec les autres ! Vous avez l’habitude de déverser vos pensées sans les mâcher sous prétexte, qu’au moins les autres savent ce que vous pensez, bref vous n’êtes pas hyprocrite, vous vous montrez comme vous êtes ! OUi, mais avez-vous réfléchi au mal-être que vous pouvez créer chez l’autre ? Et à toute cette énergie gaspillée pour rien à réparer le mal que vous avez semé? Toute vérité n’est pas bonne à dire ! Dans les prochaines heures, tournez votre langue dans la bouche 7 fois avant de dire ce que vous pensez ! Faîtes entrer buddhi dans vos relations ! Vous vous sentez en colère proche de l’explosion ? Prenez un verre, aller courir, ne la déverser pas sur les autres !!! Cela s’appelle ahimsa… C’est également la volonté qui gagne du terrain et qui nous hisse vers le haut !

Troisième outil ! on On diminue les plaintes contre l’environnement ! La plainte, c’est comme un blocage énergétique. On résiste inutilement à quelque chose. Tout comme la procrastination, rajoute de la fatigue mentale et diminue notre muscle volonté ! Devenez aussi souple dans la vie que sur votre tapis de yoga ! C’est autant d’énergie économisée pour prendre les bonnes décisions.

Peu à peu, manas prend de nouvelles habitudes, il perçoit, ressent et reçoit les choses différemment. On le reconditionne.

Cinquième étape : prenez un sankalpa, une décision très ferme avec vous-même. Pour vous y aider, si vous êtes habitué à travailler en relaxation en mode alpha, vous pouvez trois fois par jours, répéter votre décision, en y ajoutant une émotion très positive, comme si tout était déjà fait ! Imaginez la joie d’avoir relevé vos défis. “Om, Om, Om, ma volonté est forte et irresistible !” Répétez cet exercice durant au moins 21 jours, le temps nécessaire pour créer une nouvelle habitude dans votre vie.

Enlever toute idée que cela est difficile…

 

 

Relaxation : différenciez-vous une tension d’une contraction ?

Pendant la relaxation, avez-vous déjà remarqué parfois la difficulté à relâcher tous les muscles sur un tapis de yoga. Pendant une heure, une heure trente, nous les avons contractés un à un pour mieux les détendre par la suite, et voilà que le moment venu de la relaxation, on se surprend parfois encore avec des tensions ici et là dans le corps… Vous avez remarqué, je parle bien ici de tensions… et pas de contractions. Et ici se place bien la grande différence entre les deux. Malgré toute notre bonne volonté pour tout relâcher, la tension subsiste… Si tel est le cas, c’est bien ce que cela veut dire : elle n’est pas consciente ou très peu !

La tension naît dans le mental ! A chaque idée, chaque émotion, notre corps se tend… Une surprise vous décontenance ? Sentez alors, vos muscles au dessus des sourcils se tendre. Vous êtes anxieuse ? Vos mâchoires se crispent peut-être ! Même en dormant, elles peuvent encore rester serrées. Voilà pourquoi, dans une relaxation de yoga Sivananda, nous passons en revue mentalement chaque partie du corps pour mieux les détendre par la suite !

Une des dernières étapes avant de relaxer complètement le corps consiste à détendre le mental via des visualisations… mais, encore une fois, avez-vous observé la difficulté pour y parvenir ? Les tensions de toutes part peuvent encore perdurer. Pourquoi ? Des pensées nous traversent encore… Selon le degré de stress de la journée et les préoccupations du moment, elles peuvent s’imposer à nous, sans qu’ils soient alors possible de prendre de la distance par rapport à elles !

Comment faire dès lors pour arriver une bonne fois pour toutes à ce niveau de détente ressourçant ? On dit qu’il existe un niveau supérieur de relaxation qui se situe au niveau spirituel. Et là, il faut parler de confiance… Confiance en l’absolu. Le monde a existé sans nous, et il continuera d’exister sans notre petit moi. Je m’explique : il existe une intelligence absolue dans ce monde capable d’organiser l’univers, les planètes, et leur vie. Si vous avez une allergie avec le mot dieu, rien ne vous empêche d’en créer un nouveau. Le mot est tellement galvaudé ! Une chose est sûre: l’homme n’est pas à la source de cette création et quand on se penche sur son fonctionnement, force est de constater que cette force à l’oeuvre est absolument magique ! Alors faites confiance !!! Confier votre mental à cette intelligence pendant les dix minutes de relaxation d’un cours de yoga s’avère en fait le choix le plus important et le plus déterminant que l’on peut faire durant une séance. Je vous invite à en faire l’expérience ! Dix minutes après tout cela passe si vite ! Et qu’avez-vous à perdre ?

Donc retenez-bien, la tension est inconsciente et totalement liée à notre mental qui nous joue des tours ! La seule façon pour le relâcher passe par un lâcher prise. Plonger et s’ancrer dans le moment présent représentent la clé absolue de la relaxation. Oui, plongez dans cet espace de silence, là où vous vivez sans bruit ! Laissez vos pensées pour après le cours !  Et si vous ne savez pas de quoi je parle, ou s’il vous est difficile de le sentir et bien souvenez-vous de votre enfance, lorsque vous étiez vraiment connecté au moment présent, dans le feu du jeu et non du je comme nous le sommes adultes. Rappelez-vous comment à cette époque, votre corps vibrait ! Vous viviez ce corps en éveil de façon très présente. J’en suis sûre.

Idéalement, nous devrions vivre détendu ! Toute la journée ! Mais comme nous en sommes loin ! En ce moment, où vous lisez ces lignes observez votre corps, prenez conscience des tensions qui vous habitent malgré vous… Et essayer de voir d’où elles viennent, pourquoi vous habitent-elles malgré vous. Sentez cela encore et encore… a chaque moment de la journée. Om, om, om très chers yogis, à très bientôt.

Protégé : Happy yoga, transcendez vos émotions pour atteindre le bonheur durable ! Télécharger mon ebook

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Au delà de l’âge, des genres, des religions, des conditions sociales et autres, le yoga appartient à tous !

Qui a dit que le yoga était réservé aux jeunes, et en particuliers aux femmes plutôt jolies et sveltes, en bonne santé, dynamiques et sportives et qui plus est, riches et célèbres ! Faut-il s’appeler Jennifer Aniston, Madona, Lady Gaga pour pratiquer ? De plus en plus de people arborent une tenue sexy de yoga et affirment haut et fort suivre un enseignement, et les médias relayent en masse cette image idyllique du parfait(e) yogi(ni) occidental(e), laissant croire ou suggérant que cette discipline appartient désormais à une élite, mais surtout aux beaux, aux gens en bonne santé … Le message se disperse insidieux également sur les réseaux sociaux, où “Mademoiselle yoga” en tenue hypra sexy s’affiche comme si cela n’était pas suffisant dans des postures très compliquées, mais également dans des lieux idylliques. Mais qui peut vraiment pratiquer ce type de yoga et faut-il vraiment réunir toutes ces qualités pour profiter des bienfaits de cette discipline millénaire ?

Je réponds et je clame haut et fort ! Non ! ABSOLUMENT PAS ! Seniors, ronds et moins ronds, raides, femmes enceintes, handicapés, stressés et traumatisés de la vie, en mauvaise santé, hypotendus, dépressifs ou personnes souffrant de maladies auto-immunes ou autres  ! Je l’affirme sans aucune hésitation : le yoga vous appartient aussi ! Je vais même plus loin : c’est un de vos droits de naissance ! N’attendez plus une seconde pour le pratiquer ! Mais attention, ne tombez pas non plus à votre tour dans le panneau ! Le yoga ne vous est pas plus réservé qu’aux riches et beaux ! Le yoga appartient à tous ! Il s’adresse à tous par delà l’apparence physique, les conditions sociales et de santé, les races et les religions. C’est avant tout un don “divin” destiné à ceux qui souhaitent élever leur âme ! IL n’y a pas d’âge pour viser l’union, car oui, le sens profond du yoga en sanskrit veut dire cela : s’unir au tout ! Et n’allez pas croire non plus qu’il faille absolument avoir une démarche spirituelle pour en faire ! Ce n’est nullement une condition, non plus.

Que l’on ait 2 ans ou 100 ans, la discipline s’adapte à tous. Si on peut bénéficier d’une introduction au yoga dès la plus tendre enfance – mon plus jeune élève a 2 ans et demi – on commence réellement une pratique digne de ce nom à partir de  6 ans, âge où le temps de concentration s’allonge suffisamment pour permettre le maintien des poses. Selon le Dr Swami Karmananda Saraswati, auteur d’un chapître, dans le livre “Le Yoga dans l’éducation des enfants et des adolescents” récemment traduit de l’anglais par Micheline Flak, une référence incontournable en France en la matière, il semblerait que l’âge idéal soit 8 ans. C’est du moins celui où traditionnellement les jeunes yogis indiens recevaient leur première initiation. Je passe sur toutes les raisons physiologiques qu’il invoque -disons qu’avant le corps n’est pas vraiment prêt – pour ne retenir que cette incitation : à cet âge, dit-il, “les enfants qui pratiquent sont amenés à développer et porter leurs qualités, capacités et talents naturels à leur maximum, favorisant ainsi une vie réussie, utile et créatice.” Franchement, vu ainsi, on aurait tort de s’en priver !

Vous l’aurez compris, l’âge n’est absolument pas un frein à la pratique. Ma plus ancienne élève aujourd’hui possède 90 ans. Et je vous garantie une chose ! ELLE ASSURE ! Sur son tapis, je la vois même oublier ses vieilles douleurs de genoux qui semblaient tant la freiner dans la pratique. Quand on ne peut prendre une pose pour une raison où une autre ! PAS DE PANIQUE !!! On l’adapte. Et si la posture idéale n’est pas faite, qu’est-ce que cela peut-il bien faire ? Faut-il vraiment tenir la posture sur la tête durant 10 minutes à 1 heures (si, si, cela existe, j’ai un collègue qui le fait) pour se sentir heureux dans la vie ? NON…  Le yoga n’est pas une compétition. Et s’il n’a jamais été intégré dans les jeux olympiques, ce n’est pas un hasard, croyez-moi !!! Méfiance par ailleurs avec tous ces yogas qui nous emmènent actuellement sur ce chemin ! Ce n’en est pas. Allongés, debout, assis par terre ou sur une chaise, tant que vous respirez correctement et que vous gardez l’esprit concentré sur votre pratique et dans l’instant présent, vous faites  – peut-être même sans le savoir – du yoga ! Om, om Yogis à vos tapis !

 

Défi du yoga en 60 jours – J30 – Un variation du corbeau pour augmenter la concentration

Om très chers yogis, om, om,

J30 aujourd’hui ! Nous poursuivons ce défi de yoga en 60 jours avec une variation du corbeau. Mêmes bénéfices que cette dernière, je vous invite à vous reporter au billet le concernant en cliquant sur ce lien.

Om, om.

Défi du yoga en 60 jours – J29 – Vaincre la peur grâce à la posture sur la tête

Om très chers yogis, om, om,

Dans cette nouvelle vidéo, je vous montre les 8 étapes pour entrer dans la posture sur la tête ! Et hors de questions de les brûler ! Le corps possède cette sagesse intrinsèque, s’il est prêt pour une posture, il la prendra sans problème, le contraire, inutile de le pousser hors de ses limites, sous peine de se blesser. Soyez sage avec lui* !

Considérée comme la reine des postures, Sirsana possède de multiples bénéfices :

Sur le plan mental

  •  améliore la confiance en soi, chasse la peur
  • apaise le mental
  • améliore la concentration, la mémoire et les capacités intellectuelles en général
  • calme les troubles nerveux

 

Sur le plan physique

  • inversion du flux sanguin des pieds vers la tête.  Excellent pour les problèmes de varices.
  • respiration profonde, les rythmes respiratoires et cardiaques tendent à s’abaisser.
  • repos des lombaires
  • réchauffement des extrémités
  • soulage la constipation et les colites néphrétiques
  • combat la descente d’organes, notamment de l’estomac
  • calme l’asthme nerveux
  • du fait que le corps reçoit un apport plus riche en nutriments, toutes les fonctions du corps sont tonifiés et favorisés
  • améliore la vue, l’ouie, les problèmes de nez et de gorge

Mes conseils pour prendre la posture

  • ne sautez pas pour la prendre
  • gardez le bon écart de coude (coude dans le prolongement des épaules)
  • 90% du poids sur les coudes (et non sur la tête)
  • respectez bien les 8 étapes

*Cette posture complètement déconseillée en cas d’hypertension et de glaucome, d’opération récente des yeux, enceinte de quatre mois et plus, blessure au cou, en cas de nez bouché, mal de tête ou crise d’asthme. Elle est déconseillé chez les enfants de moins de 12 ans, néamoins, ils peuvent la réaliser sur les mains. En cas de doute, consultez votre médecin, ).

Défi du yoga en 60 jours – J28 – Préparation à la posture sur la tête !

Om très chers yogis,

J28 du défi du yoga en 60 jours ! Déjà… voici un exercice pour préparer la posture sur la tête – Sirsanana – posture reine du hatha yoga. Intitulé le dauphin, cet exercice renforce les bras et les épaules de façons à tenir dans cet asana. Tant que vous ne pratiquez pas la posture sur la tête, il est utile de réaliser des séries de dauphin. Il est également très intéressant de continuer à le pratiquer une fois la posture sur la tête maitrisée de façon à pouvoir la tenir plus longtemps.

Dans cet exercice

  • Il faut trouver le bon équilibre entre ne pas trop écarter les bras des jambes et ne pas trop les éloigner non plus. Si les pieds et les coudes sont trop rapprochés, il vous sera alors impossible de faire le mouvement de bascule avant arrière, et inversement, s’ils sont trop écartés, vous ferez alors un exercice, nommé pompe, destinée à renforcer vos abdominaux, mais pas les épaules. A vos tapis  !