Relaxation en trois étapes

13501903_1300923643281335_1160398261408217757_n

Il existe trois niveaux de relaxation : physique, mental et spirituel. Si les tensions s’amassent de façon visible dans le corps, elles naissent en général du mental. Un corps détendu, c’est un mental qui lâche prise et qui a confiance en la vie. Comment obtenir cette confiance si ce n’est en s’ancrant dans une dimension qui nous dépasse, plus forte que tout ? 

La relaxation physique.
Tout commence par le corps. Bien évidemment les postures nous aident à entrer dans la détente. Le fait de tendre et détendre les muscles amène à un état de relaxation. Lorsque vous commencez les dix minutes de relaxation finale dans une séance de yoga, commencez toujours par tendre toutes les parties de votre corps. Soulevez les pieds, tendez-les et relâchez ! Soulevez le bassin, contractez les fessiers, relâchez ! Soulevez la poitrine, plaquez les omoplates et relâchez ! Soulevez les mains faites des poings avec vos mains, écartez les doigts et relâcher ! Tirez les épaules aux oreilles, contractez les épaules et relâchez !
Contracter tous les muscles du visage. Tirez la langue regardez en arrière et relâchez !
Tournez la tête à droite puis à gauche. Ramenez-là au centre. Réajustez la posture de Savasana pour vous sentir bien à l’aise lors des prochaines minutes, car nous n’allons plus du tout bouger.

La relaxation mentale
Une fois que l’on a tendu physiquement le corps, visitez mentalement toutes les parties du corps. Des pieds à la tête. Aidez vous d’auto-suggestions. Par exemple : répétez trois fois mentalement, « je détends mes pieds » . Assurez vous qu’il n’y pas plus de tensions dans les pieds. Et procédez pareil pour toutes les parties du corps.
Détendez mentalement également vos organes internes. Citez-les un à un. Ces messages fonctionnent à l’aide du mental subconscient.

La relaxation « spirituelle »
Une fois le mental et le physique relâchés, il est temps de lâcher prise sur tout. C’est un acte de foie et de confiance. Imaginez un lac… à l’image de votre mental, il est calme et paisible. Visualisez la lumière du soleil. Sentez cette lumière présente à l’intérieur de vous. Répéter pour les dernières minutes de relaxation ces mots : « je suis sen paix avec moi-même et avec le monde entier. »

Ne sortez jamais d’une relaxation brusquement, prenez le temps de réveiller le corps. Et restez encore quelque minutes assis les jambes croisées, les yeux fermés, savourez cette paix qui vous a gagné…

Bonne relaxation !

De retour parmi vous, om , om

Om très chers yogis et yoginis… C’est un très grand honneur pour moi de revenir parmi vous après plus de trois ans de silence dans la sphère internet du yoga. J’ai plaisir à voir que les blogs sur le sujet ont fleuri un peu partout sur la toile, signe que le yoga imprègne de plus en plus notre société. Il semble que nous en ayons plus que jamais besoin. Je reviens donc avec une nouvelle url – quotidien du yoga laisse la place à yoga au quotidien. Ce qui ne changera pas vraiment le contenu. Je reste sur une palette identique de thèmes traitant des cinq points du yoga des centres sivananda : posture, respiration, alimentation, relaxation et méditation et pensées positives, ainsi qu’un peu d’ayurvéda, avec toujours mon thème de prédilection pour la méditation et la pensée positive, ayant un penchant prononcé pour la psychologie, normal. Il s’agit d’un des sujets les plus passionnants et des plus délicats du yoga. Om au plaisir de lire à nouveau vos commentaires et suggestions. Om, om, om.

Seniors : il n’y a pas d’âge pour pratiquer le yoga !

Douleurs articulaires, mal au dos, problèmes d’insomnie et hormonaux, anxiété… Le yoga aide à soulager de nombreux maux et la bonne nouvelle, il se pratique à n’importe quel âge. Il est particulièrement indiqué pour les seniors. Les personnes du quatrième âge ont même la possibilité de le pratiquer sur une chaise. Et n’allez surtout pas vous imaginez que pour faire ses drôles de posture, il faut être souple ! ” Mon maître de yoga avait pour habitude de nous répéter : être raide s’avère une bénédiction, car c’est plus facile de sentir son corps”. Le plus important est de commencer doucement là où l’on en est, en acceptant ses limites. Petit à petit, vous serez étonné de voir à quel point vous pourrez à nouveau faire des mouvements que vous ne pensiez ne jamais plus pouvoir faire ! Le corps possède une sagesse de guérison incroyable. Alors plus d’excuses pour ne pas s’y mettre ! J’ai quant à moi, interviewé cette semaine une septuagénaire pour un nouveau magazine “Vivre en grand” destiné aux seniors à paraître dans vos kiosques en janvier prochain. “Grâce à ma pratique du yoga, dit-elle, je dors mieux, je me sens plus légère, plus optimiste… Et surtout, elle qui souffre du dos depuis toujours : “mes douleurs dorsales ont complètement disparu!”
Allez, on n’a plus d’excuses pour ne pas s’y mettre ! Tous à vos tapis.

Yoga et plantes

Grâce à ce blog du Quotidien du yoga, j’écris également aujourd’hui, des articles sur le yoga, les médecines alternatives pour différents magazines grands publics. Voici un extrait A la découverte des plantes sauvages. Pour la réalisation de cette article, j’ai eu la chance de parcourir la campagne avec un très bon spécialiste des plantes, auteur entre autres de “De la cueillette à l’assiette”, un livre de référence en la matière. Vous pouvez découvrir cet article dans ce diaporama… Bonne découverte.
[slideshare id=13697376&w=360&h=274&fb=0&mw=0&mh=0&style=border-width: 1px 1px 0; border: 1px solid #CCC; margin-bottom: 5px;&sc=no]

24 heures : le jeûne du débutant.

C’est décidé, vous commencez le jeûne cette semaine*…  Enfin presque, parce que rien qu’à l’idée de vous y mettre, l’angoisse arrive : “mais, est-ce que je vais en être capable ?” Si tel est le cas, pourquoi ne pas adopter le jeûne de 24 heures. Rien de plus simple, je vous explique tout !

En principe, les yogis pratiquent ce jeûne de 24 heures les jours d’Ekadasi. (D’ailleurs, si vous avez envie d’expérimenter ce jeûne, le prochain Ekadasi, c’est demain, vendredi 13 mai. Le suivant sera le 28 mai.) Qu’est-ce qu’Ekadasi ? C’est un jour en principe dédié à Vishnou, le dieu  de la paix et de l’harmonie. On dit que si l’on jeûne ce jour-là, cela aide à obtenir Moksha, la libération (but ultime du yoga) Ekadasi se répète deux fois par mois (je donne, ci-dessous, la liste de toutes les prochaines dates à venir) Mais, si vous n’avez pas envie de vous compliquer la vie avec ces savants calculs basés sur le calendrier lunaires hindou, le mieux est de choisir un jour dans la semaine (le lundi, c’est justement très bien pour la commencer.)
Je vous conseille vraiment de choisir une date dans votre calendrier et de vous y tenir, sinon, le mental risque de vous jouer des tours. Bien évidemment on fait en sorte que ce jour-là ne se téléscope pas avec une journée particulièrement riche socialement. Se retrouver à table avec d’autres personnes, alors que l’on est sensé jeûner, n’est pas vraiment une bonne idée. En plus de mettre mal à l’aise votre entourage, vous le serez certainement vous aussi. Bref, choisir une date permet de se préparer. La veille du jeûne, le dîner doit être absolument léger, évitez complètement l’alcool. 
Le jour J : aucun aliment solide ne sera absorbé ni le matin ni à midi. Par contre, n’hésitez pas à boire beaucoup  d’eau et notamment des infusions chaudes. Je recommande particulièrement celle à la menthe poivrée, qui aide à faire passer les éventuelles sensations désagréables liées au jeûne. On parle parfois de jeûne à base de jus de fruits et de carottes, pourquoi pas ? Mais, ils sont, selon mon expérience, plus durs, car le seul fait de les avaler ouvre l’appétit et justement, on n’a pas trop envie de sentir la faim ce jour-là. Voilà pour le côté physique.
Pour mieux vivre cette journée-là, il va falloir garder le mental très occupé. Plus vous l’occupez dans des activités diverses et variées et plus la journée sera légère et gaie. Il s’agit d’orienter votre esprit vers quelque chose de positif. Jeûner n’est pas une punition et ne doit vraiment pas être vécue comme tel. Sentez au contraire que cela participe au maintien d’une bonne santé. 
Le soir du jour J : 24 heures ont passé, vous pouvez rompre le jeûne. Préparez-vous un bouillon de légumes. Dîner léger. Le lendemain, on continue à manger mais sans trop charger l’estomac. Trop facile non ? 


*attention, il est déconseillé de jeûner, notamment si l’on est enceinte et dans de mauvaises conditions physiques. Dans le cas échéant, veuillez prendre conseils auprès de votre médecin. Anorexiques, s’abstenir.

Lisez sur le même thème 
Dates des prochains Ekadasi en 2011
Mois de Juin
dimanche 12
lundi 27
Mois de Juillet
Lundi 11
Mardi 26
Mois d’août 
mardi 9
jeudi 25
Mois de septembre
jeudi 8 
lundi 26
Mois d’octobre
vendredi 7
dimanche 23
Mois de novembre
dimanche 6 
lundi 21
Mois de décembre
lundi 6
mercredi 21

Transformer ses émotions négatives grâce au yoga ? Partie 4

 

Afin de transformer nos émotions, le yoga nous invite à trouver la confiance, la paix et le bonheur à l’intérieur de nous. Mais cela nécessite avant tout de comprendre comment agit le mental.
Selon le raja yoga, ce dernier se divise en deux : manas (mental passif) et buddhi (mental actif, celui qui nous permet de décider). Manas contient notre mémoire : la consciente comme l’inconsciente. Toutes les impressions de notre vie y sont imprimées. Voilà pourquoi un petit évènement est capable de refaire remonter à la surface des souvenirs et ainsi réveiller de vieilles émotions de tristesse ou de colère. Véritable champ magnétique, manas attire à nous des circonstances fidèles aux impressions contenues en lui. Résultat : nous vivons encore et encore les mêmes expériences. Or la plupart du temps, manas nous guide, ce qui donne un peu l’impression de vivre comme dans une prison mentale.
Le problème de manas ? Il souffre d’un grand manque d’entrainement. Une pensée arrive et aussitôt, on s’identifie avec. A cause de ce phénomène d’identification, nous agissons aussitôt en fonction de ses demandes et exigences, tout comme un petit chien qui suit ses impulsions. Le mental n’est pas tenu en laisse ! Il n’est pas assez dirigé !
Inutile de se critiquer pour autant. Manas n’a rien d’un problème individuel, mais bien collectif. Votre manas n’a rien de différent de celui de votre voisin, sa nature s’appelle chaos ! Afin de nous rendre notre vraie liberté, le rajas yoga nous entraîne via divers techniques à maîtriser manas de façon à laisser buddhi enfin diriger notre vie. Véritable écologie du mental, le rajas yoga nous aide jour après jour à éliminer les pensées et croyances toxiques qui nous empoisonnent les uns et les autres jours après jours, années après années. Voilà pourquoi les yogis pensent que le problème de l’environnement ne se fera  ni avec des partis politiques ni avec des associations, mais bel et bien en trouvant la paix chacun à l’intérieur de nous.

Yoga : l’amour ou rien

AMMA, la sainte indienne qui étreint dans ses bras ses dévots, a prononcé hier à Paris, un discours … « « Il n’y a pas de but plus élevé dans la vie que l’amour. »
Qu’est-ce qu’aimer ? Dire je t’aime à l’être le plus cher et deux minutes plus tard le blesser profondément pas des mots déplacés ? Se marier pour le meilleur et pour le pire et quelques mois plus tard, vouloir divorcer ? Aimer l’autre à condition de se sentir aimé ? Est-ce cela l’amour ?
En voyant Amma hier étreindre ces milliers de personnes avec la même intensité à chaque fois, impossible de douter qu’elle représente l’incarnation de cet amour inconditionnel, si rare sur terre, que nous recherchons tous. Le simple fait de poser le regard sur elle et aussitôt le cœur fond et l’égo lâche. Cela va au-delà des mots et de la raison.
Yoga signifie relier… Le yoga est amour, car il nous enseigne à se relier à cet amour inconditionnel, source de vie et de notre raison d’être.

Petit exercice aujourd’hui : visiter votre pire ennemi !

Le test le plus simple pour savoir où vous vous situez sur le chemin spirituel consiste à visiter votre pire ennemi. Impossible de rester en sa présence ? Il faudra encore travailler longuement.

Karma yoga

karma yoga… c’est le yoga de l’action désintéressée.

Le karma yoga, qui représente l’une des quatre voies du yoga, (avec le jnana yoga, le bakti yoga, le raja yoga) consiste à offrir à l’univers les fruits de nos actions, bonnes ou mauvaises. On s’en détache.

Prendre de la distance avec le résultats de nos actions offre une paix intérieure plus importante.

Attention, cela ne veut pas dire ne pas donner d’attention à l’action menée. Au contraire, on l’accomplie de notre mieux. Mais, on cesse de croire que l’on contrôle tout.

Exercice pour aujourd’hui : on se détache de ses actions le plus possible !